Comment préparer votre tortue terrestre à l’hibernation ?

TortueHibernationLa plupart des tortues terrestres présentes en France sont des tortues d’Hermann. Ces tortues apprivoisées peuvent atteindre un âge avancé (50 à 60 ans facilement). Malheureusement, des études ont montré que près de 4 tortues sur 5 meurent avant l’âge d’un an, faute de soins appropriés.

L’hibernation en particulier est un moment délicat qui demande une préparation soigneuse. Elle correspond à un ralentissement du métabolisme, du rythme cardiaque, de la respiration et des mouvements ; les animaux survivent par leurs réserves de graisse. Ce type de sommeil est indispensable pour passer l’hiver : les tortues étant des animaux poïkilothermes (la température de leur corps varie en fonction de la température ambiante), elles ne peuvent vivre pendant les périodes froides.

La tortue terrestre hiberne enterrée, d’octobre/novembre à mi-avril environ, à partir de l’âge d’un an.

Choisir un lieu d’hibernation

Deux modes d’hibernation sont possibles :

  • La tortue peut hiberner « naturellement » dans un abri extérieur protégé, rempli de feuilles mortes (qui ne pourriront pas), sur un sol meuble en terre battue afin qu’elle puisse s’enfoncer facilement à 20 cm sous terre. Installez éventuellement une protection contre la pluie (tôles, cabane…) sur la zone d’enfouissement. N’oubliez pas de signaler par un piquet dépassant de terre la présence de la tortue.

> Pour éviter les attaques de rongeurs, l’enclos devra être entièrement grillagé : sur le dessus et sur le côté (veillez à enterrer le bas du grillage suffisamment profond).

  • L’hibernation « artificielle » concerne les tortues vivant en terrarium et celles qui vivent dans des régions où l’hiver est rigoureux (nord de la France). Elle consiste à placer la tortue dans un caisson d’hibernation dans un endroit frais et isolé. Il peut s’agir d’une cave enterrée non chauffée, un cellier, un cabanon de jardin à l’abri du gel, un vide sanitaire… L’important est que la température du lieu choisi soit constante (entre 5 et 12°C, l’idéal étant une température de 10°C). Préférez un endroit calme, sombre, à l’abri des rongeurs et des inondations.

> Certains propriétaires font hiberner leur tortue dans le bac à légumes du réfrigérateur. Outre les problèmes d’hygiène que cela pose (risque de transmission de salmonellose, à moins que le frigo ne soit réservé à cet usage unique !), l’hygrométrie est souvent trop basse et la tortue risque de se déshydrater… Enfin, il ne faut pas oublier d’ouvrir la porte tous les jours pour ventiler. En revanche, les caves à vin artificielles peuvent convenir.

  • Le caisson d’hibernation (aussi appelée « hibernaculum ») dans lequel vous placerez votre tortue peut être constitué de planches grossièrement assemblées. Ses dimensions seront de 70 x 70 x 80 cm. Si cela est possible, équipez-le d’un hygromètre et d’un thermomètre à mémoire : vous pourrez ainsi vérifier les minima et les maxima. Placez dans le fond de la boîte un substrat sec dans lequel la tortue pourra facilement s’enfouir (paille, papier journal froissé, billes d’argiles, mousse, écorces séchées…).

> Evitez le sable et la terre de jardin pour des raisons hygiéniques.

Préparer la tortue à l’hibernation (pré-hibernation)

  • Le raccourcissement des jours (diminution de l’ensoleillement) et la baisse de température en octobre préparent la tortue à l’hibernation. Son activité ralentit. Une observation attentive vous montre qu’elle quitte plus rarement son abri et se tient souvent la tête dans un recoin sombre. Son appétit diminue.
  • La tortue placée en hibernation doit être en bon état d’embonpoint : si la tortue affiche un poids vif inférieur de plus de 10% de son poids théorique, il est fortement déconseillé de la faire hiberner.  
  • La tortue doit être en bonne santé (carapace non endommagée, yeux clairs et brillants, cloaque propre, pas de sécrétions au niveau des narines ou des yeux), indemne de parasitose (demandez à votre vétérinaire, si possible spécialiste en animaux exotiques, un vermifuge adapté) ou de maladie infectieuse et non gravide.

> L’absence d’hibernation (pour cause de maladie ou de réserves corporelles insuffisantes) ne présente aucun inconvénient sur une ou deux années. Votre tortue passera alors l’hiver dans un terrarium. A long terme en revanche, il n’est pas sain pour l’animal de ne pas pouvoir éliminer ses réserves et de ne pas hiberner plusieurs années de suite.

  • Nourrissez votre tortue copieusement au cours des 6 semaines qui précèdent l’hibernation, puis laissez-la jeûner pendant les dix jours qui précèdent sa mise en hibernaculum. Pendant ces dix derniers jours, faites-lui prendre un bain quotidien (dans une eau chaude, entre 24 et 26°C, pendant une dizaine de minutes) dans le but de stimuler les défécations : son tube digestif doit être totalement vide pour que la tortue hiberne dans de bonnes conditions.

> Les restes de nourriture dans les intestins pourraient provoquer des moisissures mortelles pour la tortue.

  • Si votre tortue vit en terrarium et non dans un enclos extérieur, éteignez le système de chauffage ; essayez de maintenir une température inférieure à 18°C pendant 2 à 3 jours.
  • Tous ces préparatifs incitent la tortue à hiberner. Pesez-la une dernière fois pour pouvoir estimer, au réveil, la perte de poids induite par l’hibernation, puis placez-la dans son caisson d’hibernation.

> Les tortues qui hibernent « naturellement » dans leur enclos sont souvent capables de se préparer seules à l’hibernation. Vérifiez simplement leur poids et leur bonne santé.

Surveillez l’hibernation

  • Environ une fois par semaine, visitez votre tortue pour surveiller la température de l’hibernaculum et vous assurer de son engourdissement.

> Si la tortue n’est pas endormie, elle risque de se retourner et de ne pas pouvoir se redresser sur le substrat trop mou.

  • Pesez-la tous les mois si la manipulation est possible : elle ne devrait pas perdre plus d’1% de son poids par mois.

Gérer la sortie de l’hibernation (le réveil)

  • Après environ 4 mois d’hibernation (en fonction de la température extérieure), retirez la tortue de son caisson et placez-la sous abri.
  • Pesez la tortue. La perte de poids ne doit pas dépasser 10% du poids avant hibernation.
  • Réchauffez-la très progressivement : sa température « normale » sera atteinte en 2 à 3 semaines.
  • Pendant cette période de réchauffement corporel, réhydratez votre tortue par des bains d’eau tiède puis réalimentez-la progressivement.
  • Eventuellement, faites pratiquer un examen clinique par un vétérinaire pour vérifier l’absence de pathologie liée à cette période de léthargie hivernale. La tortue peut alors être remise dans son lieu de vie.
Rappel important !
La possession de tortue d’Hermann, espèce sauvage menacée d’extinction en France, est strictement réglementée. Il vous est possible de détenir jusqu’à 6 tortues adultes avec une ADP (autorisation de détention préfectorale) ; au delà de 6 adultes, il faut être « capacitaire » (c’est-à-dire détenir un Certificat de Capacité). Pour tout renseignement, adressez-vous à la Direction Départementale de Protection des Populations (anciennement DSV).

 

À vérifier…
Toutes les tortues terrestres n’hibernent pas ! Certaines peuvent passer l’hiver au jardin sans aucun risque, d’autres ne connaissent qu’une courte période de ralentissement. Il est indispensable de connaître l’espèce de sa tortue, sa survie durant l’hiver en dépend.